Compléter des travaux pour se reposer en vacances

Bois de chauffageDans mon précédent article, je traitais de comment être libre en vacances. Comment faire pour se libérer du stress et se reposer? Dans mon cas, j’expliquais que j’ai de la difficulté à me détendre dans un endroit où il y a des accumulations et du désordre. Mon défi était d’arriver à me détendre en vacances dans un endroit où l’accumulation, le désordre et les travaux de rénovation ne se complètent jamais.

Je proposais de m’installer et d’éliminer un minimum de désordre à l’intérieur. Donc, à mon arrivée, j’ai défait les valises et par la suite j’ai rangé outils, matériaux, balayeuse, objets inutiles (où inutile à portée de main), traîneries et je les ai déplacées au cabanon ou au sous-sol. J’ai ensuite modifié la disposition des meubles étant donné qu’il y avait plus d’espace. Comme espérée, la satisfaction fut instantanée. Je devais donc pouvoir me détendre…

Quoi faire en vacances pour se reposer sans avoir l’impression de perdre son temps

À la maison de campagne, il n’y a pas d’antenne cellulaire ou internet. Il faut s’occuper autrement. Il y a toujours quelques arbres (arbustes) à tailler, quelques choses à réparer ou entretenir. Parfois on se contente de cueillir des petits fruits et on fait des tartes. Si c’est une semaine de canicule, on reste sur le bord du lac. Étant 2 semaines en vacances, j’avais le temps de faire beaucoup de petites choses ou réaliser un petit projet. Souvent, je réalise de petits projets si je n’arrive pas à me détendre. Et souvent, c’est qu’il y a une accumulation ou un projet non complété que je suis impatiente de voir terminée.

Mon projet de vacances

Il y avait à côté de la maison de campagne un amoncellement incroyable de bois. Pas uniquement du bois de chauffage, mais du bois provenant de travaux de rénovation qui avait été empilé sur le côté dans le but d’en faire du bois pour l’hiver. L’amoncellement était là l’hiver dernier, mais n’a pas été utilisé. Pourquoi? Parce qu’il était impossible de s’y retrouver sous 1 pied de neige. Résultat : nous avons acheté du bois de chauffage!

Comment ne pas se décourager devant un projet qui paraît inatteignable?

L’amoncellement était tellement important que je ne croyais pas en venir à bout. Est-ce que cela vous arrive de vouloir entreprendre un projet, mais qu’il semble tellement grand que vous abandonnez avant même d’avoir commencé? C’est le sentiment que j’avais. J’estimais que j’en avais pour des mois. Est-ce que cela valait la peine de commencer quelque chose et de ne pas le terminer?

Les nuits étant fraiches, le besoin se faisait sentir de faire un petit feu le matin. C’est comme cela que l’idée, pour réussir à diminuer l’amoncellement, est arrivée. J’y suis allée un jour à la fois. Je suis sortie au petit matin, et avec un guide me permettant de choisir des planches de la bonne grandeur (qui entre facilement dans le foyer), j’ai rempli une première brouette de petits bois que j’ai brûlés dans le foyer. J’ai fait cela 3 fois dans la même journée. Je me suis donc mise à brûler, chaque jour, 3 brouettes de petits bois.

Au bout de 7 jours, je n’avais plus de bois pouvant aller directement dans le foyer. J’étais rendue au triage. J’ai donc commencé à trier, une pile pour le bois pouvant encore servir et une pour du bois à brûler. J’ai demandé à mon conjoint de couper mon bois de la bonne longueur (à l’aide de mon guide). J’ai suivi ce rythme pendant encore 3 jours.

Communiquez-vous bien vos intentions?

Après 10 jours de travail, je croyais que mon conjoint avait compris mes intentions. Qui était de diminuer cet amoncellement en brûlant le plus de bois possible. Pas du tout. Par sympathie pour moi qui mettais du bois dans le foyer au 30 minutes bien compté depuis 10 jours, il a voulu m’aider en mettant une énorme bûche dans le foyer qui pouvait brûler pendant au moins 3 heures sans assistance! Devant ma surprise, je n’ai eu autre choix que de lui expliquer mes intentions qui étaient encore, à ce moment, de diminuer l’amoncellement.

C’est alors que l’on a commencé à apercevoir le jour entre des planches. Mon conjoint à embarquer dans mon projet et nous avons ensemble coupé, trié, empilé en corde de bois tout ce qui restait. L’amoncellement est disparu au bout de 11 jours.

Mon seul regret dans mon projet de vacances est de ne pas avoir pris de photo au début et à la fin. L’endroit est maintenant libéré, il y a du bois de coupé et bien cordé pour la prochaine saison de ski. Nous n’aurons pas besoin d’acheter du bois pour cet hiver et nous avons récupéré un espace splendide pour mettre un hamac avec vue sur le lac.

Est-ce qu’il y a une leçon à apprendre de cette histoire?

Pas vraiment. Je faisais un retour sur mon précédent article seulement. Mes vacances m’ont permis de confirmer que je n’arrive vraiment pas à me reposer quand il y a des travaux à compléter. Diminuer le désordre à l’intérieur n’a pas été suffisant.

Devant un projet inatteignable il faut parfois seulement le découper en plus petite phase. Faire des ajustements quand on est dans l’action est plus facile que lorsque l’on souhaite faire quelque chose, mais qu’on ne fait rien. Communiquer ses intentions permet également aux personnes qui vous entourent de vous aider ou vous appuyer.

Ce contenu a été publié dans Organisation personnelle, avec comme mot(s)-clé(s) accumulation, encombrement, ménage, mettre de l'ordre, projets, ranger, s'organiser. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *